La team Digiposte | 22/10/2021

Innovation : les applications de la blockchain à l’université

Innovation : les applications de la blockchain à l’université

Vous voulez en savoir plus sur les projets innovants permis à l’Université grâce à la blockchain ? Quelles sont les applications de la blockchain dans ce domaine ? Nous répondons à toutes vos questions dans cet article.

 

La blockchain, de l’anglais « bloc » et « chaîne », est une technologie sécurisée consistant en une chaîne de blocs régie par des règles cryptographiques, qui permet de stocker de l’information.

 

Pour comprendre ou revoir les grands principes de la blockchain, nous vous recommandons l’article Définition de la blockchain : grands principes de la blockchain et ses différentes finalités.

 

Université : ouverture de cursus spécifiques à la blockchain pour répondre à une demande croissante

 

Ces dernières années, le nombre d’offres d’emploi liées au domaine de la blockchain ne cesse d’augmenter. Mais l’année passée, indéniablement marquée par la crise sanitaire de la covid-19, a accentué la tendance.

 

Les données sont plus que jamais au cœur de nos vies et d’une potentielle résolution de crise. Quoi de plus normal alors que la blockchain – technologie permettant de gérer des données de manière performante, sécurisée et transparente – soit au centre de la transformation digitale et des innovations technologiques.

 

Le Blockchain Research Institute a identifié cinq domaines clés d’application de la blockchain en période de pandémie :

  • la gouvernance des données et des identités, pour savoir qui est infecté et si la personne a voyagé (et a potentiellement cotoyé d’autres personnes), par exemple ;
  • les industries, les chaînes d’approvisionnement et la fabrication ;
  • la monnaie et les services financiers, pour remplacer le cash suspecté d’être vecteur de maladies ;
  • la gestion du personnel médical : pour identifier facilement le personnel aux compétences spécifiques ;
  • les incitations au changement de comportement, pour réduire l’impact sur le système de santé.

 

Le marché de l’emploi des experts en blockchain est donc en pleine expansion. La York University School of Continuing Studies, au Canada, a même créé deux cursus spécialisés dans la blockchain pour répondre à cette nouvelle demande :

  • Certificate in Blockchain Development,
  • Post-Graduate Certificate in Back-End and Blockchain Development.

 

Au Mexique, l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM) a suivi la même tendance (selon Cryptonews). Cette dernière a indiqué avoir lancé en décembre 2020 un nouveau cursus de deux semestres minimum afin d’étudier les crypto-monnaies et la blockchain.

 

La France – où de plus en plus de cours sur la blockchain sont mis en place – n’est pas en reste. Chez nous, c’est l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne qui a mis en place, fin 2020, une série de webinaires sur la blockchain en collaboration avec l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR).

 

La création d’une chaire universitaire de recherche sur la blockchain

 

En mai 2020, l’université de Laval, au Canada, a annoncé la création d’une Chaire de recherche dédiée à la blockchain.

 

Il s’agit de la première chaire du pays à s’intéresser à la blockchain sous l’angle du droit. Cela montre une grande avancée dans le domaine, permettant de réfléchir aux implications légales de cette technologie et d’amorcer des changements profonds dans le secteur notarial, par exemple.

 

La création de cette chaire est l’un des exemples d’actions permettant de relever les défis qui se posent encore sur la blockchain, comme nous l’expliquions dans l’article Blockchain et éducation : quelles sont les initiatives ?

 

Les certificats de diplômes infalsifiables grâce à la blockchain

 

À cause de l’épidémie de la covid-19, les cérémonies de remise des diplômes en Corée du Sud, devant avoir lieu en février 2020, n’ont pas pu avoir lieu. L’université des sciences et technologies de Pohang (POSTECH) a donc décidé de mettre en place une remise de certificats de diplômes via un QR code. Les étudiants ont alors pu récupérer leurs attestations de diplôme de manière sécurisée et personnelle – la blockchain assurant l’immuabilité et la sécurité de chaque diplôme.

 

Alors que de plus en plus d’universités sont touchées par la fraude de diplômes, la mise en place de solutions de stockage sécurisé– comme les coffres-forts numériques – se profile afin d’avoir une touche supplémentaire sur la sécurisation des documents, tout en conservant la traçabilité et l’inaltérabilité de ceux-ci.

 

L’année 2020 aura marqué une véritable pause du monde, mais la distanciation sociale, l’impossibilité de se déplacer, de se rencontrer, nous ont obligés à nous réinventer. Les innovations technologiques et la croissance de la technologie blockchain ont touché toutes les sphères de la société, du particulier à l’entreprise en passant par le domaine éducatif.